Rechercher
  • asideproduction

Mexique: 1000 tacos por favor!



Mexico City

Tout le monde sait que le Mexique a des plages incroyables et que la Corona coule à flots. Par contre, ce n’est pas pour ces raisons que nous avons mis le Mexique sur notre liste (même si je suis en train d’écrire ces lignes assis devant la plage, une corona à la main).

On débarque à Mexico city. Nous avons entendu tellement de bonnes (et mauvaises) choses sur Mexico et c’est le temps de venir explorer. On arrive très tard le soir donc on prend un uber jusqu’à notre hostel et c’est pas mal tout.



On ne perd pas de temps le matin suivant et prenons la direction du centre historique pour une visite guidée à pied. Wow! Non mais sérieusement, wow! On débarque directement sur le zocalo (le square central de toutes villes mexicaines), entouré de bâtiments historique et d’une énorme cathédrale. On commence la visite de la ville et on boit les paroles de notre guide. Les explications historiques et culturelles sont fascinantes. Juste à côté du zocalo, ils ont découvert une vieille pyramide du temps des aztèques en construisant le métro, et les ruines sont juste là, tout bonnement. 2000 ans d’histoire entourées d’une petite clôture. La ville a été construite sur un lac donc, elle ‘coule’, littéralement. Les buildings sont croches, penchés, inégaux, tout comme les routes, et ça en fait la beauté de la ville.



Mexico city est tout le contraire de ce dont on entend en ‘Amérique’. C’est absolument magnifique, propre, chaleureux, il y a du monde et des arbres partout, ça sent bon, il fait beau; bref, c’est fantastique. C’est un coup de coeur instantané pour nous deux. La visite nous fait voir de somptueux édifices et nous aide à avoir certains repères. Et puis, c’est le temps pour notre premier repas mexicain. Je ne peux pas vous dire comment j’avais hâte. Guacamole à faire baver, tacos juteux et dégoulinants à souhaits, cocktails de tequila rafraîchissants. J’ai les genoux mous juste à y penser. On visite la plus réputée des pâtisserie\boulangerie, où on se sert à même un plateau des délicieuses pâtisseries qu’ils offrent. On va être gros pis on s’en fout!

On doit changer d’hostel; et on se retrouve dans une charmante maison du quartier Condesa. C’est comme être chez soi. On est au Mexique donc on pense juste bouffe; allons trouver à souper! En marchant dans le quartier, on trouve une place animée qui offre 5 tacos al pastor pour 35 pesos (2.30$). On se gouinfre dans les tacos, nos papilles brûlent, et dansent de bonheur. Quoi de mieux qu’un géant smoothie de fruits exotiques frais pour faire descendre le tout.



Mexico city nous charme tant, que les 4 jours prévus se transforment en 7. On prend vraiment le temps de découvrir la ville, marcher, goûter, et apprendre. Durant notre semaine, on visite deux principaux musées qui nous ont ouverts les yeux. Le premier, le géant musée d’anthropologie, qui nous apprend l’histoire de la région avant l’arrivée des espagnols. Saviez-vous que le Mexique avait plus d’un million d’habitant avant l’arrivée des espagnols? Mexico city était aussi grande que les villes européennes, et que divers civilisations habitaient la région depuis des milliers d’années. On nous apprend à l’école que Christophe Colomb a découvert l’Amérique et qu’il n’y avait que quelques indiens qui y vivaient, alors qu’un peu plus bas, l’humanité s’est développé presque au même rythme que sur le vieux continent (langues, mathématiques, ingénierie, religion, astronomie, etc). Le deuxième musée est celui de la mémoire et de la tolérance, et traite des génocides récents (deuxième guerre et ensuite). Nous sortons de ce musée assez chamboulés, à la fois par la dureté de ce qu’on voit et apprend, mais aussi par la tristesse de notre ignorance collective sur ce qui se passe et l’absence d’éducation, de transparence et d’action sur ce qui se passe ailleurs.


Retournons au côté positif; en plus des musées, nous mangeons énormément (je vous dis on va revenir gros!). On tombe sur un resto de churros (ces long beignets mexicains qu’on trempe dans le caramel ou le chocolat), qui s’avère être le plus connu de la ville. On lui paie quelques visites et les serveurs sont souvent étonnés de voir combien on commande de sauces à tremper (bon Daniel mange le trois quart, mais faut pas le dire). Les parcs, les bars, l’architecture; on ne se lasse pas de la ville. On connecte avec une amie à Daniel, qui nous amène dans un bar à mescal, un alcool similaire à la tequila, puisqu’il vient de l’agave, mais beaucoup plus complexe, raffiné et typique. Le serveur nous montre comment apprécier les saveurs et comment le boire. On prend un verre en haut de la seule haute tour de la ville (latino-american tower), assistons à un rassemblement traditionnel indigène où les gens dansent et gardent leurs culture vivante et marchons des kilomètres avec toujours de belles surprises dans le détour.

Je ne peux pas recommander Mexico City assez, il faut oublier tout ce que vous avez entendu à propos de la ville, c’est un endroit formidable. Autant appréciée des locaux qu des touristes, c’est une des grandes villes du monde qui mérite son attention. Nous partons maintenant pour un road trip pour les deux prochaines semaines, attachez vos ceintures!

** Afin de m'aider à savoir combien j'ai de lecteurs dans chaque langue, si possible de cliquer sur le petit coeur en bas à droite.


37 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout